Commune de Lambersart

Vous êtes ici : Accueil / Bien vivre / Cadre de vie et urbanisme / Développement durable / L'éclairage public / Éclairage public,comment ça marche ?

Bien vivre

Éclairage public,comment ça marche ?

Que personne n’imagine le maire Nicolas Bouche actionnant chaque matin et chaque soir le levier d’allumage et d’extinction des éclairages publics. L’automatisation du système existe depuis longtemps, ouf ! Il y a une dizaine d’années, la Ville était équipée de “lumandars”, des capteurs de luminosité. Avec cette technique, l’avantage était que l’éclairage public s’enclenchait dès qu’il faisait noir, mais, revers de la médaille,également en été en cas d’orage, et ceci même si ce phénomène météo ne concernait qu’une partie de la Ville.

Aujourd’hui, tout s’allume à la minute près grâce aux horloges astronomiques qui sont réglées sur le lever et le coucher du soleil, en fonction de l’éphéméride. Au déclenchement, l’éclairage est ainsi à 100% de ses capacités. Ensuite les luminaires équipés de Led sont réduits à 30% puis tout est éteint à 23h et tout se rallume à 6h jusqu’au lever du soleil.

 

Détection : led, où en est la Ville ?

Depuis 2017, la ville de Lambersart procède au changement de ses luminaires obsolètes et énergivores par des lanternes à Led gradables, pilotables et gérables depuis un ordinateur.

Ainsi la Cessoie et les Conquérants sont entièrement équipés. D’autres quartiers ont commencé à bénéficier de ce nouveau programme comme le Canon d’Or par exemple. Sur 3400 luminaires, la Ville en a changé 500. Chaque année, les services procèdent au remplacement d’une centaine de luminaires en fonction du budget alloué.

En revanche, tous les projets neufs s’accompagnent automatiquement d’équipement en Led, comme au centre Bourg. En ce qui concerne les détecteurs de présence, la question de la pertinence se pose. Si le système de détection ne paraît pas judicieux pour les voies très fréquentées ou celles principalement fréquentées par des voitures, il l’est pour les parkings et les chemins piétonniers ou encore les voies à 30 km/h.

 
Haut de page