Commune de Lambersart

Vous êtes ici : Accueil / Bien vivre / Vie municipale / Conseil municipal / Conseil municipal du 1er octobre 2020

Bien vivre

Conseil municipal du 1er octobre 2020

Conseil municipal du 1er octobre 2020

Le conseil municipal s'est réuni salle Malraux  jeudi 1er octobre. "Souvent technique", dixit Nicolas Bouche, il a aussi été porté par de nombreux sujets :

  •  mutualisation des assurances et la proposition faite à la ville d’adhérer au groupement de commandes de la Métropole Européenne de Lille. "Cette mutualisation qui concerne les assurances de la ville vise une réduction des coûts" a indiqué le maire. Il a estimé "une réduction d’environ 20%" en rapport à ce que cela coûte à la ville aujourd’hui.
  •  questions budgétaires, Kacem Lemtiri a pour sa part évoqué "la réduction de 359 867€ de dépenses imprévues de la section de fonctionnement", un beau bas de laine. L’adjoint aux finances a ensuite donné la parole à Fouad Laoutid. L’adjoint aux travaux et bâtiments publics a expliqué la volonté de la ville d’acheter des gradins pour la salle Malraux.
  • Bertin Lembrez, conseiller municipal délégué au logement a pour sa part mis en lumière la politique de la ville en matière de logements conventionnés. En effet, la ville va acquérir un logement pour 250 000€ qui sera confié à un bailleur social. Une politique essentielle : "la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain), c’est l’obligation d’être doté de 25% de logements sociaux à terme", avec un palier à 20%. En attendant, "la ville est bonne dernière de la MEL avec seulement 17,35%, il manque ainsi 327 logements sociaux pour atteindre les 20%" et 945 pour être dans les clous à 25%. A noter que le non-respect de la loi SRU "coûte 165 000€ à la ville en 2020", et peut-être bien plus à l’avenir. Dans ce sens, tous les chantiers futurs de logements devront au comprendre au minimum 40% de logements conventionnés.
  • Gilles Dumez, adjoint à la mobilité, a quant à lui fait voter 50 000€ "pour créer des box vélo pour les quartiers de Canteleu et du Canon d’or". L’élu a ajouté que s’ajouteront d’autres dispositifs : "un garage à vélos au Pont Supérieur, ou encore des enclos destinés aux complexes sportifs de la ville."
  • le conseil a ensuite été marqué par un geste fort, celui du retrait de la ville de l’OMJS (Office Municipal de la Jeunesse et Sport). La délibération a été rapportée par Thomas Hubert, adjoint au sport. Si Pierre Reynaert, pour le groupe « Lambersart avec vous » a dit "regretter cette décision, alors que l’OMJS jouait un rôle de lien social", l’élu au sport s’est défendu en indiquant que l’OMJS ne regroupait "que 34 associations sur 80. De plus, à la question posée aux associations : que pensez-vous de l’OMJS, on m’a répondu : l’OMJS c’est les Foulées !" De fait, l’OMJS consacre une grande partie de son budget à cet événement, "et cette année elle a refusé de les organiser pour des raisons discutables." Pour le maire, cette décision est une faute : "l’OMJS est allée à l’encontre des buts qu’elle s’était assignés." Pour Nicolas Bouche, "les services de la ville sont capables d’organiser les Foulées." Quant au Téléthon et la Banque Alimentaire, ils n’ont pas besoin de l’OMJS pour exister. Au contraire de Pierre Reynaert, Pierre-Yves Pira a approuvé la décision de la ville.
  • le temps des questions venues, retenons celle du projet d’accueil de la jeunesse. Emmanuelle Pichonat, adjointe à l’enfance a indiqué que la salle Marcelle Honvault sera retenue "pour accueillir les 12 à 17 ans qui pourront s’y divertir, débattre et engager, ce qui engendrera le recrutement de deux animateurs supplémentaires."

Vidéo Conseil municipal du 1er octobre 2020

Vidéo Conseil municipal du 16 juillet 2020

Vidéo Conseil municipal d'installation 3 juillet 2020

Haut de page