L’Observatoire de la participation est une instance garante de son bon fonctionnement de la démocratie participative à l’échelle de la Ville : c’est le rôle de l’observatoire de la participation.

L'Observatoire doit veiller à la réelle mise en pratique de la politique de démocratie participative, nouveau mode de gouvernance associant habitants, usagers, personnel de la Ville pour définir et conduire les politiques portées par la municipalité.

L’Observatoire de la participation n’a pas pour objectif de se prononcer sur les choix de la municipalité, mais il doit veiller que les principes de démocratie participative soient respectés dans les projets menés. Il définira les dossiers qu’il souhaite suivre, il est chargé au final d’émettre des avis pour faire avancer les pratiques de Participation. L’Observatoire rendra compte de son activité auprès du Conseil Municipal et via les supports d’informations municipaux.

Composé de 9 membres, 4 membres fondateurs (au lancement) et 5 citoyens volontaires tirés au sort, qui s’engagent à avoir comme seule préoccupation la neutralité et l’intégrité, l’Observatoire de la participation se réunira tous les 2 mois.

 

Entretien avec Nicolas Bernard

membre de l’Observatoire de la participation

Qu’est-ce qui vous a incité à participer à l’Observatoire de la participation ?

J’ai emménagé à Lambersart il y a 18 mois, même si ma vie était déjà largement tournée vers Lambersart avant car j’habitais à Bois blancs. J’ai l’expérience de la démocratie participative car j’étais conseiller de quartier à Lille et d’une manière générale je suis intéressé par la chose publique. J’ai trouvé intéressant d’être
présent au début d’une nouvelle politique municipale. Selon moi, une commune de 20 à 30 000 habitants est la bonne échelle d’action en matière de participation citoyenne. Aussi, je fais partie du collectif Lambersart demain et de l’Observatoire de la participation. Pour l’Observatoire, ce qui me motive, c’est le pas de côté, regarder ce que la mairie fait, ce que les habitants font. En observant, on a une vision plus large de l’ensemble. Je sais aussi que ce sera utile : les
observations qu’on portera sur ce qui fonctionne et sur ce qui peut être amélioré seront écoutées. Ensuite les élus seront dans leur rôle pour suivre nos préconisations ou pas.

Comment fonctionne l’Observatoire de la participation ?

Nous sommes une dizaine de membres, c’est le bon format même si nous pouvons encore accueillir quelques personnes. Ce qui nous a semblé important en premier lieu, c’est que notre travail puisse être exploité. Nous avons donc créé une fiche d’analyse des réunions de concertation, avec une vingtaine de critères. On y aborde le factuel, comme le nombre de personnes, les élus intervenants, comment ça se passe formellement, mais aussi le temporel, comme la communication avant, la transparence pendant, la prise en compte des demandes et la communication après... Notre objectif est d’être présents à toutes les réunions de concertation sur tous les projets, comme récemment le projet Bonte, le site Debuire-du-Buc, le projet rue de Lompret, et à toutes les assemblées de quartier. Nous nous répartissons les réunions, où nous essayons d’être deux. Bien sûr, nous n’y allons pas si nous avons un intérêt personnel dans la réunion. Nous commencerons à synthétiser nos observations après la fin des assemblées de quartier, et le format de restitution devant le conseil municipal doit encore être décidé. Ce ne sera pas avant mi-2022.